« La recherche ce n’est pas que des découvertes révolutionnaires, c’est aussi de petites contributions qui permettent d’avancer dans un domaine. »

Les chercheurs

Chloé Rotty

Université de Franche Comté
Chimie

UN PROCÉDÉ DE TRAITEMENT DES SURFACES : L’ÉLECTROPOLISSAGE DES MÉTAUX

Chloé Rotty travaille au sein de l’Institut UTINAM (Univers, Transport, Interfaces, Nanostructures, Atmosphère et environnement, Molécules) dans l’équipe Sonochimie et Réactivité des Surfaces.
Chloé étudie le phénomène d’électropolissage sur divers matériaux métalliques (laitons, aciers inoxydables,…) afin de comprendre et proposer des solutions innovantes pour en améliorer la qualité. Mais en quoi consiste l’électropolissage ?

Lorsqu’un matériau métallique est exposé à un environnement donné (atmosphère terrestre, eau de mer,…), sa surface est le siège de réactions chimiques.
Pour modifier le comportement d’un objet métallique (protéger, décorer..), il suffit d’agir sur sa surface sans modifier le coeur du matériau. C’est pourquoi, au fil des siècles, des techniques permettant de modifier la composition, les propriétés ou l’apparence des objets ont été développées. C’est ce qu’on appelle le « Traitement de Surfaces ».

On distingue, entre autres, deux possibilités pour améliorer la surface des métaux. La première consiste à recouvrir le métal d’un autre métal. Celui-ci est trempé dans un électrolyte (liquide qui contient des ions métalliques) sous courant électrique et par le biais de réactions chimiques, on obtient un dépôt à la surface de l’objet : c’est la galvanoplastie.
La seconde est le procédé d’électropolissage qui, à l’inverse de la galvanoplastie, consiste à dissoudre (donc enlever) le métal en surface dans une solution acide. L’électropolissage est couramment utilisé dans l’industrie (horlogerie, bijouterie,…) puisqu’il permet l’obtention de pièces lisses et brillantes.

Chloé étudie le phénomène d’électropolissage sur de nouveaux matériaux (impression 3D) en utilisant des électrolytes déjà connus. Elle travaille également à utiliser des liquides qui ne sont pas toxiques pour l’homme et pour l’environnement. Et pour finir, elle cherche à améliorer la qualité du polissage en développant des protocoles innovants (qui utilisent les ultrasons).

Objectifs
  • Étudier le phénomène d’électropolissage sur différents matériaux métalliques
  • Améliorer la qualité (aspect et rugosité) des pièces électropolies