J’aime participer activement à la protection de la nature qui souffre du réchauffement climatique, et donc à la protection des droits des nouvelles générations à profiter aussi des bienfaits de la nature.

Les chercheurs

Maya Kheir

Aix - Marseille université
Sciences de la vie et de la terre

Les forêts méditerranéennes face au changement climatique

Je suis jeune chercheuse d’Aix-Marseille Université en écologie au sein de l’Institut méditerranéen de biodiversité et d'écologie. Au sein de mon équipe, nous étudions la fragilité et la résistance des écosystèmes méditerranéens. Un écosystème représente un milieu et les être vivants qui y vivent. Par exemple, la forêt est un écosystème dont les êtres vivants sont les végétaux, les animaux et les micro-organismes (bactéries et champignons). Mes travaux de recherche portent sur la fragilité des micro-organismes des forêts méditerranéennes face au changement climatique qui entraîne une hausse des températures et une diminution des pluies.

Le changement climatique en­traîne des conséquences sur les forêts et l’Homme ne pourra peut être plus en profiter comme aujourd’hui. J’essaye de mieux com­prendre l’impact du changement climatique sur les sols et les litières végétales, c’est-à-dire sur les débris végétaux que l’on trouve au pied des arbres. En effet, dans ces litières, vivent des microorganismes qui sont les principaux acteurs de la décom­position des débris végétaux en une matière assimilable par les plantes pour leur croissance.

Pour comprendre cet impact, j’ai ra­massé dans des forêts de Provence des litières qui proviennent de pins d’Alep, de chênes verts et de chênes blancs, les 3 arbres caractéristiques de la Méditerranée. Je vais ensuite les placer dans des barquettes que l’on appelle des mésocosmes. Je vais composer des mésocosmes avec un seul type litière ou bien en mé­langeant plusieurs types. Certaines vont être placées à température et humidité ambiante alors que d’autres vont être placées dans des condi­tions semblables au changement climatique. Après plusieurs semaines, je vais comparer la type et le com­portement des micro-organismes retrouvés dans les litières : proté­ines secrétées, respiration, diversité génétique... Je mènerai le même type d’expérience en transférant des sacs de litières ramassées en France vers l’Algérie, un pays où les pluies sont plus faibles et des températures plus élevées qu’en France.

Je pourrai ainsi analyser le rôle que jouent les espèces d’arbres et la mixité des litières dans la résistance des micro-organismes au change­ment climatique. Finalement, mes résultats seront également utiles aux gestionnaires des espaces forestiers pour les aider à choisir les espèces d’arbres et la manière de les associer afin de préserver les forêts dans le contexte du changement climatique.

Objectifs
  • Analyser l’impact du réchauffement climatique sur les micro-organismes vivant dans les litières végétales des forêts de Méditerranée
  • Analyser le rôle joué par les espèces d’arbres et la mixité des litières dans la préservation de ces micro-organismes
  • Conseiller les gestionnaires des espaces forestiers pour mieux préserver l’environnement face au changement climatique