«La curiosité est un vilain défaut ? Pour moi c’est une très bonne source de motivation.»

Les chercheurs

Jérémy Bentin

Université de Franche Comté
Physique

Un meilleur ciblage des cellules malades pour de meilleures thérapies

Jérémy Bentin est un jeune chercheur en physique au laboratoire Nanomedecine de Besançon. Afin d’améliorer les thérapies médicales les plus lourdes (chimiothérapies), il travaille en collaboration avec des expérimentateurs, physiciens ou chimistes, au développement de structures minuscules. Ces « nano-structures » doivent être capables d’augmenter l’efficacité des remèdes tout en limitant leurs effets secondaires indésirables.

Quels sont les critères qui déterminent l’efficacité d’un médicament ?
Naturellement, il doit être capable de réparer le corps, d’affaiblir ou détruire la source du problème. Mais avant d’en arriver là, le médicament doit déjà parvenir intact à sa destination : la cellule malade. Un remède perds malheureusement beaucoup de son intérêt si sur son chemin, il s’attaque à des cellules saines. Il peut même, dans certains cas, endommager des organes auparavant en parfait état, et ainsi détériorer la santé du patient.

Lorsque le remède parvient jusqu’à la zone à traiter, encore faut-il qu’il n’ait pas été « endommagé » sur le chemin. En effet, les remèdes, souvent véhiculés par le sang, parcourent notre corps et sont susceptibles d’y rencontrer certains organismes ou molécules pouvant les dégrader et leur faire perdre leur capacités curatives. Il faudrait donc être capable d’amener le remède à destination tout en le protégeant du milieu sanguin, et c’est ce sur quoi travaille Jérémy.
À l’aide d’outils numériques, il développe différentes structures à l’échelle du nanomètre (10 000 fois plus petit qu’un cheveux). Il les étudie ensuite afin de créer des nano-capsules capables d’escorter divers médicaments. En s’aidant de logiciels et bien-sûr de connaissances scientifiques, il effectue des tests en changeant la forme, les dimensions ou même les composants de la nano-capsule afin que celle-ci soit la plus efficace possible pour amener le remède sans encombre jusqu’aux cellules malades.

Objectifs
  • Développer une structure à l’échelle du nanomètre capable de contenir le remède que l’on veut acheminer.
  • Fixer automatiquement la nano-structure sur le site que l’on veut traiter lorsqu’elle s’en approche.
  • Parvenir à faire sortir le remède de la nanostructure une fois à bon port.