« Depuis mes études de master, je suis passionnée par ce roman autrefois célèbre et par ses traductions où je trouve de nouvelles richesses à chaque relecture. Grâce à cette thèse, j’espère pouvoir partager cette passion avec un public plus large. »

Les chercheurs

Alena KOTŠMÍDOVÁ

Université de Bourgogne
Histoire et Lettres

Pierre et Maguelonne : une histoire d'amour à travers les siècles

ALENA KOTŠMÍDOVÁ est jeune chercheuse en littérature, rattachée au laboratoire du CPTC* à Dijon et à la Faculté des Lettres à Mayence, en Allemagne. Elle étudie l’Histoire de Pierre de Provence et de la belle Maguelonne, un roman écrit au XVème siècle et ses traductions allemande et tchèque, qui datent du XVIème et du XVIIIème siècle. Alena veut montrer comment les deux traductions successives ont changé le texte de départ et comprendre pourquoi l’histoire a été autant aimée par des princes français que par des paysans tchèques.

* Centre pluridisciplinaire textes et cultures

Un prince rencontre une princesse et ils tombent amoureux l’un de l’autre. Puis, de peur des parents de la princesse, ils s’enfuient. Pendant le voyage vers le pays du prince, ils sont séparés. Enfin, même s’ils ne se retrouvent que plusieurs années après, leur amour reste intact. Ils se marient et ont un fils. Voici l’Histoire de Pierre de Provence et de la belle Maguelonne, un roman écrit à la fin du Moyen Âge. À première vue, on pourrait penser qu’il s’agit d’une banale histoire d’amour. Pourtant, ce roman a connu un immense succès non seulement en France mais également partout en Europe, grâce à différentes traductions successives. Alena cherche à comprendre pourquoi.

Parmi toutes les versions qui existent de ce roman, Alena a choisi d’en étudier trois. La première est une version française de 1453, destinéevraisemblablementà un petit groupe de nobles. La deuxième est sa traduction allemande de 1527, initialement offerte en cadeau de mariage à un prince mais qui a été proposée plus tard comme lecture éducative pour « toutes » les femmes et jeunes filles. Enfin, la troisième version de 1780 est une traduction tchèque, qui a été lue essentiellement par le peuple.

Dans ses recherches, Alena tente de découvrir la façon dont les changements de langues, de cultures et d’époques se retrouvent dans le récit. Elle s’est rendu compte que dans la version allemande et encore plus dans sa traduction tchèque, le roman et ses personnages sont devenus plus chastes. Elle essaie maintenant de comprendre comment une histoire en apparence aussi simple a été tellement appréciée par des publics aussi variés et aux goûts différents.

 

Objectifs
  • Identifier et analyser des changements qui se sont produits dans trois versions d’un même roman pendant trois siècles et dans trois cultures différentes
  • Comprendre pourquoi une histoire apparemment très simple a eu un tel succès
  • Mettre en valeur le roman qui a été oublié, notamment en République Tchèque