« Certains fans fouillent les poubelles de leurs idoles pour découvrir leurs secrets. J’étudie pour ma part le contenu de celles d’anonymes, qui ont laissé derrière eux des fragments de vies vieilles de 1500 ans. »

Les chercheurs

Cyprien Mureau

Université de Bourgogne
Archéologie

L’EXPLOITATION ANIMALE ENTRE ANTIQUITE ET MOYEN ÂGE

Cyprien Mureau est jeune chercheur en archéologie au laboratoire ARTEHIS de l’université de Bourgogne - Franche-Comté. Des chercheurs de son équipe étudient l’Histoire des relations entre l’Homme et l’animal en France. Cyprien s’intéresse plus précisément à la fin de l’Antiquité et au début du Moyen Âge (5-8èmes siècle). Quels animaux étaient élevés, chassés ou pêchés à cette période ? Étaient-ils seulement mangés ou servaient-ils à d'autres usages ? Pour en savoir plus, Cyprien analyse les ossements d’animaux retrouvés sur des sites archéologiques du Centre et du Sud de la France.

 

À la fin de l’Antiquité, les campagnes de la Gaule subissaient de profondes transformations. Les Gallo-romains ont alors construit un grand nombre de fermes ainsi que la plupart des futurs villages du Moyen Âge. Les archéologues retrouvent aujourd’hui les objets du quotidien de ces populations, et Cyprien travaille à leurs côtés pour étudier les indices de la présence d’animaux : ossements, œufs, coquillages, etc. Il espère ainsi percevoir quel a été leur rôle et proposer une Histoire de l’élevage et de la chasse dans le Languedoc et le Massif central.

Pour y parvenir, il analyse ces restes animaux en laboratoire, où il détermine à quelles espèces ils appartenaient. Il les mesure afin d’estimer leur taille et observe les dents et les os pour connaitre leur âge. Il identifie aussi des marques de couteau, qui prouvent que la plupart de ces restes animaux sont des déchets de repas et des rejets de boucherie. Cependant, ces personnes ont parfois également laissé derrière elles des corps d’animaux entiers, mais aussi des objets qu’elles ont fabriqués à partir de leurs squelettes.

Grâce à tous ces éléments, Cyprien constate que les populations du Centre de la France semblent consommer davantage de bœuf, tandis que celles du Sud se sont tournées vers le mouton et la chèvre. Il remarque également qu’au fil des siècles, tous ces animaux sont devenus de plus en plus petits et que leurs éleveurs, qui jusqu’alors les tuaient jeunes, ont conservé davantage d’animaux âgés pour profiter de leur laine, de leur lait, ou de leur force.

Objectifs
  • Percevoir l’importance de l’élevage, de la chasse, de la pêche, ou de la collecte de coquillages selon les territoires à cette période
  • Identifier les animaux présents sur des sites archéologiques (espèces, âges, sexes,…) et estimer leurs fonctions
  • Proposer un portrait des troupeaux et des gibiers qui entourent les communautés de la fin de l’Antiquité