« La musique m’a toujours passionné, même si je ne suis pas musicien. J’ai toujours voulu mieux comprendre le pouvoir de la musique, au niveau corporel et émotionnel. »

Les chercheurs

Mathieu Peckel

Université de Bourgogne
Psychologie

La dance et la musique au secours de la mémoire

Mathieu PECKEL est jeune chercheur en psychologie au LEAD*.

Il fait partie d’une équipe qui s’intéresse à la façon dont l’Homme réagit et agit face à la musique et ce qu’elle peut nous apporter au quotidien. La musique est le thème principal des recherches de Mathieu. Il travaille sur la perception de la musique à travers la danse. Son travail consiste à mieux comprendre comment le mouvement (la danse) peut influencer la mémoire que l’on a de la musique.

En psychologie on distingue plusieurs types de mémoires : la mémoire des savoirs, la mémoire des événements et finalement la mémoire des mouvements. Cette dernière permet de se souvenir de tous les gestes que l’on fait au quotidien et d’y associer une signification particulière. Est-ce que cette mémoire des gestes peut être utile pour la mémorisation de nouvelles choses comme des morceaux de musique ? C’est la question que se pose Mathieu dans son travail de recherche.

Pour y répondre, il s’appuie sur une théorie appelée « Cognition incorporée », qui affirme que toutes les choses que l’on perçoit et que l’on fait sont liées. Ainsi nous ne percevons pas la même chose lorsque nous sommes en mouvement ou non. Et inversement nous ne bougeons pas de la même façon en fonction de ce que nous voyons, entendons, ressentons.

Dans sa recherche, Mathieu s’intéresse tout particulièrement à l’interaction entre la musique et le mouvement du corps dans la mémorisation. Il cherche à savoir si les personnes ayant dansé sur un morceau de musique vont pouvoir mieux se souvenir du morceau. Pour cela, il va comparer les performances de mémoire de deux groupes de personnes : un groupe qui écoute simplement des morceaux de musique, et un groupe qui danse sur ces mêmes morceaux. L’hypothèse de Mathieu serait que l’information motrice apportée par la danse faciliterait la mémorisation des morceaux de musique.

Laboratoire d’Etude de l’Apprentissage et du Développement

Objectifs
  • Ces recherches permettront à terme de mieux cerner et utiliser l’aide que peut fournir la musique aux personnes âgées qui ont des problèmes de mémoire et de mouvements.
  • De plus, il a été montré que la mémoire des gestes est le type de mémoire le mieux préservé chez les personnes âgées. Ainsi, mettre au point des techniques de rééducation qui s’appuieraient sur le lien entre musique et mouvement pourrait aider des patients atteints de maladies comme Alzheimer ou Parkinson par exemple.
Ateliers

Date de début à l'Experimentarium : novembre 2011